JPB - Batera : “Le fruit est mûr et on n’est pas dans l’hypothèse où il va pourrir sur la branche”

Publié le par Abertzaleen Batasuna

Batera : “Le fruit est mûr et on n’est pas dans l’hypothèse où il va pourrir sur la branche”

p004_01_69696.jpg

19/09/2012

Pierre MAILHARIN

Batera veut y croire. “Nous sommes résolument optimistes”, avance même Jakes Bortayrou. Malgré les revirements politiques de ces dernières semaines (voir nos éditions précédentes), la plateforme en faveur de la création d’une Collectivité territoriale Pays Basque garde “confiance” en la réalisation de cet objectif. Afin “d’associer la société civile au débat”, elle a annoncé hier la tenue d’Etats généraux sur ce thème, samedi 29 à la CCI (14 h 30).

Les espoirs de Batera reposent sur trois constats. D’abord, l’existence d’un appui politique inédit, quand la structure a commencé à prêcher ses idées “dans un désert”, rappelle Martine Bisauta “On est dans une situation que l’on n’a jamais connu. Sur six Parlementaires, cinq ont dit publiquement qu’ils soutenaient la création d’une Collectivité territoriale spécifique”, détaille Michel Berhocoirigoin.

Calendriers concordants

Deuxième élément : un calendrier pour la première fois concordant, entre le projet d’acte III de la décentralisation du gouvernement PS et les travaux du Conseil des élus du Pays Basque. La revendication s’inscrirait dans le bon “timing”. Ce que Michel Berhocoirigoin résume     avec cette image : “On n’avait jamais eu le fruit qui mûrit ici, et de quoi cueillir ce fruit”. Jakes Bortayrou complète : “Le fruit est mûr, on n’est pas dans l’hypothèse où il va pourrir sur la branche ou au sol”.

Enfin, si l’expérimentation d’une Collectivité territoriale à statut particulier (CTSP) n’est pas la revendication première du citoyen lambda en cette période de crise, elle peut, selon ses promoteurs, constituer justement un outil d’amélioration du contexte économique et social. “En dehors de la reconnaissance institutionnelle, c’est un outil adapté pour les enjeux économiques et sociaux à l’échelle du Pays Basque”, assure Nikolas Blain. “La CCI soutient complètement ce processus. Tout le monde économique est à 100 % favorable à la Collectivité territoriale, qui représenterait un supplément de dynamisme”, accrédite Martine Bisauta.

Les Etats généraux du Pays Basque, qui se dérouleront à la Chambre de commerce et d’industrie, lieu de naissance de Batera il y a dix ans, sont pensés dans cette logique d’implication des acteurs de la société civile. Les partisans, mais aussi les opposants, sont invités à débattre de l’intérêt (ou non) que représenterait une telle évolution institutionnelle pour leurs secteurs d’activité. Une déclaration signée pourrait émerger de ces échanges, dont une copie serait adressée aux instances de décision gouvernementales et législatives.

Pas de “strate supplémentaire”

Cette motion de la société civile, que Batera espère évidemment favorable à ses idées, ne franchira pas deux lignes jaunes, énoncées par Martine Bisauta : “Pour Batera, il ne faut pas laisser planer le doute d’une strate supplémentaire, et travailler à périmètre et moyens constants”.

Quand certains socialistes défendent une CTSP sans scission du Département, la plateforme l’exclut : “Politiquement, c’est intenable”, claque Jakes Bortayrou. Paxkal Indo dénonce, lui, “une fausse bonne idée”. “Tout ce que le Département a pu séparer administrativement, il l’a déjà fait. Qu’on aille au bout de l’exercice, sans tabou”, exhorte-t-il.

www.lejpb.com

Publié dans Berriak - Infos

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article