Sud Ouest - La militante basque Aurore Martin est libre

Publié le par Abertzaleen Batasuna

 

La militante basque Aurore Martin est libre

[CHRONOLOGIE INTERACTIVE] La militante a été libérée, samedi soir. Dès midi, 15 000 euros avaient été réunis par ses soutiens pour payer sa caution

Aurore Martin samedi soir à son arrivée à Saint-Jean-Pied-de-Port|| AFP GAIZKA IROZ
(AFP GAIZKA IROZ)
2 sur 5
Aurore Martin samedi soir à son arrivée à Saint-Jean-Pied-de-Port
 


La militante basque Aurore Martin a pu quitter, samedi peu avant 17 heures, la prison de Soto del Real, près de Madrid, où elle était incarcérée depuis un mois et demi. Elle a regagné le Pays basque dans la nuit.

Cette libération à la veille de Noël a été accueillie avec satisfaction au Pays basque, où de nombreuses manifestations de soutien se sont déroulées depuis l'interpellation d'Aurore Martin, le 1er novembre, et la mise à exécution, dans les heures qui suivaient, du mandat d'arrêt européen la concernant. Haut lieu du soutien à Aurore Martin depuis le début de l'affaire de ce mandat d'arrêt, le bar des Pyrénées n'a pas désempli hier matin.

De 9 heures à midi, 230 personnes ont défilé, billets de 10, 20 ou 50 euros en main pour contribuer au paiement de la caution de 15 000 euros qui a permis cette libération. Devant l'affluence et la file de sympathisants qui commençait à se former, le bureau des dons, installé à l'entrée de l'établissement, a été scindé en deux. Dans le même temps, 150 personnes se sont présentées au bar Kalaka, à Saint-Jean-Pied-de-Port. Parmi les anonymes, une jeune habitante de Bidart regardait, émue, la foule qui se pressait dans le bar. Notamment cet homme âgé, militant depuis quarante ans, qui a déposé sur la table, en son nom et celui de son épouse, deux billets de 50 euros.

Plusieurs élus sont venus participer à la collecte bayonnaise : Kotte Ecenarro, conseiller général socialiste, Jean-René Etchegaray, maire adjoint bayonnais du Modem, Michel Veunac, maire adjoint biarrot du Modem, Yvette Debarbieux, élue communiste de Saint-Jean-de-Luz,Bernard Causse, élu écologiste à Bayonne. Frédérique Espagnac, sénatrice socialiste, a déposé son écot à Saint-Jean-Pied-de-Port.

En deux heures, les 15 000 euros de la caution étaient ainsi collectés. Ils pouvaient dès lors être acheminés à Saint-Sébastien où ils ont été déposés avant la mi-journée auprès du juge de permanence au tribunal. Le magistrat a assuré la liaison avec ses homologues madrilènes de l'Audience nationale.

Ceux-ci s'étaient prononcés vendredi dernier en faveur d'une libération sous caution d'Aurore Martin, à qui il est reproché sa proximité avec Batasuna, parti autorisé en France mais interdit en Espagne où il est considéré comme le bras politique d'ETA. La militante avait été arrêtée en vertu d'un mandat d'arrêt européen, datant de 2010, et aussitôt remise aux autorités espagnoles.

De nombreuses réactions de satisfaction ont été exprimées à l'annonce de la libération la militante basque, âgée de 33 ans, qui était attendue à sa sortie de Soto del Real par des amis arrivés sur place à bord de deux voitures. Ils ont pris la direction du Pays basque pour rallier le domicile de la jeune femme, près de Saint-Jean-Pied-de-Port, ou celui de ses parents à Mauléon.

« Elle se porte bien physiquement, mais nous le savions déjà. Elle est heureuse, mais ne se doute pas de l'énorme mobilisation qui est intervenue au Pays basque pendant les deux mois de son incarcération. Il se pourrait bien qu'elle ne communique pas avant 2013, pour d'abord retrouver le calme », a commenté Xabi Larralde, porte-parole du parti nationaliste Batasuna.

Publié dans Berriak - Infos

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article