Sud Ouest - Jon Anza "La PJ veut établir son emploi du temps du 18 au 29 avril 2009 à Toulouse

Publié le par Abertzaleen Batasuna

JON ANZA. La PJ veut établir son emploi du temps du 18 au 29 avril 2009 à Toulouse

La PJ lance un appel à témoins

L'Hippopotamus. (PHOTO « SO »)
L'Hippopotamus. (PHOTO « SO »)

La PJ toulousaine a lancé un appel à témoins afin de reconstituer l'emploi du temps de Jon Anza pendant les 10 jours écoulés entre sa disparition le 18 avril 2009 et son hospitalisation le 29 avril. Elle s'adresse entre autres à ceux qui ont été témoins de son malaise sur la terrasse de l'Hippopotamus le 29 avril vers 23 heures, boulevard de Strasbourg (tel. 05 61 12 78 45).

Au parquet toulousain on assure que le procureur Michel Valet va « essayer de démonter complètement l'emploi du temps » de Jon Anza. Le CHU de Rangueil à Toulouse se défend pour sa part des soupçons de grave négligence qui pesaient sur lui depuis l'identification la semaine dernière, du disparu d'ETA dix mois après son décès. Le CHU dit ainsi avoir accueilli le 29 avril 2009, « un patient sans identité et dont le pronostic médical était engagé sans qu'il soit possible de l'identifier [...] Le 11 mai, la personne est décédée sans qu'il ait été possible de l'identifier. Faisant l'objet, par le médecin ayant déclaré le décès, d'une opposition médico légale, le corps a ensuite été transféré à la morgue de Purpan, dans l'attente des conclusions de l'enquête ». Entre-temps, le 30 avril le CHU avait avisé la police, puis le parquet le 4 mai et enfin l'Office central chargé des disparitions inquiétantes le 7 mai.

De passage hier à Saint-Jean-de-Luz, le président du PNB a dit que son parti « respecte la mort de Jon Anza. Maintenant, nous attendons des éclaircissements, nous voulons que toute la lumière soit faite sur les conditions de son décès ». Aujourd'hui (18 h 30 à Pau) rassemblement du mouvement occitan Libertat devant la préfecture.

Mandat d'arrêt

La cour d'appel de Pau rendra mardi prochain son arrêt relatif au mandat d'arrêt de Javier Atristain Gorosabal membre d'ETA qui s'était rendu dernièrement à la police française de l'aéroport de Biarritz.

 

http://www.sudouest.com/pays-basque/actualite/article/898173/mil/5830325.html

Publié dans Berriak - Infos

Commenter cet article