Sud Ouest - Extradition d'Aurore Martin : "Je ne vais pas m'excuser" estime Manuel Valls

Publié le par Abertzaleen Batasuna

Extradition d'Aurore Martin : "Je ne vais pas m'excuser" estime Manuel Valls

Le Ministre de l'Intérieur estime qu'"on ne peut avoir aucune complaisance à l'égard d'une personne qui a soutenu ETA".

Manuel Valls dément toute intervention dans l'affaire Aurore Martin

Manuel Valls dément toute intervention dans l'affaire Aurore Martin (archives Thierry David)

Après l'arrestation d'Aurore Martin, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls avait accordé une interview exclusive à Sud Ouest Dimanche : "Aurore Martin a été arrêtée lors d’un contrôle routier habituel en cette période de vacances", assurait-t-il. "Je démens toute autre version des faits."

Ce lundi, il s'exprime dans Aujourd'hui en France/Le Parisien : "Je ne vais pas m'excuser qu'une décision de justice soit appliquée", déclare-t-il en soulignant qu'"on ne peut avoir aucune complaisance à l'égard d'une personne qui a soutenu ETA". 

"D'une manière générale, nous ne cesserons pas de coopérer avec l'Espagne, l'Italie ou l'Allemagne lorsqu'il s'agit de terrorisme", ajoute Manuel Valls.

Il tient par ailleurs à rappeler qu'il n'est "jamais" intervenu dans l'extradition de la militante basque, soulignant qu'il a "simplement été informé de son arrestation après la prise en charge par la police judiciaire".

Le ministre de l'Intérieur réfute les accusations selon lesquelles il serait à l'origine de l'application du mandat d'arrêt européen (MAE) qui a conduit les autorités françaises à livrer jeudi dernier Aurore Martin à la justice espagnole.

Aurore Martin faisait l'objet d'un MAE de la part des autorités espagnoles, accepté par la Cour d'appel de Pau, depuis fin 2010. Unetentative d'arrestation par la police en plein Bayonne, en juin 2011, avait échoué, la jeune femme étant entraînée dans un café par ses amis, et les policiers renonçant à donner l'assaut.

La militante basque, 33 ans, a été arrêtée jeudi à Mauléon (Pyrénées-Atlantiques) puis remise dans la foulée aux autorités espagnoles. Incarcérée près de Madrid, elle encourt jusqu'à 12 ans de prison en Espagne pour des "faits de participation à une organisation terroriste et terrorisme".

Aurore Martin est membre du parti Batasuna qui est illégal en Espagne où il est considéré comme le bras politique de l'organisation séparatiste basque ETA, mais  est légal en France.

www.sudouest.fr

Publié dans Berriak - Infos

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article