Sud Ouest - Expulsion demandée

Publié le par Abertzaleen Batasuna

Saint-Just-Ibarre

Expulsion demandée

Les occupants du collège Saint-Michel étaient convoqués au tribunal hier. L'audience est renvoyée à mardi.

Hier après-midi, devant le tribunal de Bayonne.

Hier après-midi, devant le tribunal de Bayonne. (Photo Jean-daniel chopin.)


Les sœurs de La Croix ont demandé l'expulsion des occupants de l'ancien collège Saint-Michel, à Saint-Just-Ibarre. Dans notre édition du 3 août, nous expliquions que cette bâtisse, restée vide durant trois ans, avait été investie mi-juillet par un groupe d'habitants du village, réunis en association, qui souhaitaient l'utiliser pour de l'habitat et des activités collectives et culturelles.

Jeudi soir, un huissier est venu signifier une procédure de référé heure à heure (jugement en urgence) de la congrégation. Les sœurs de la Croix demandent l'expulsion de quatre occupants « sans droit ni titre » et de l'association Beti Aitzina.

Demande de délai

Convoqués au tribunal de Bayonne hier après-midi, ces quatre personnes, par la voix de leur avocat, Maître Philippe Aramendi, ont invoqué le manque de temps pour préparer leur défense et obtenu un renvoi à mardi matin. Pendant cette audience, de nombreux soutiens du groupe de Saint-Just-Ibarre se sont retrouvés devant le palais de justice de Bayonne où avaient également pris place policiers et CRS.

Une proche des quatre personnes visées par l'expulsion (Amaya et Joana Arbeletxe, Kattin Xilibolost, Yon Pousé) exprimait hier sa surprise de voir arriver un huissier. « Nous étions en négociation avec les sœurs. Nous attendions qu'elles reprennent contact avec nous pour poursuivre le dialogue et trouver un terrain d'entente. »

Les raisons de la demande d'expulsion sous 48 heures, hormis le fait que les squatters ne paient pas de loyer et n'ont pas de bail, reposent sur la dangerosité du bâtiment.

www.sudouest.fr

Publié dans Berriak - Infos

Commenter cet article