Prentsa agiria klausula antispekulatiboetaz - Communiqué de presse au sujet des clauses antispéculatives

Publié le par Abertzaleen Batasuna

PRENTSA AGIRIA: KLAUSULA ANTISPEKULATIBOETAZ

 

Abertzaleen Batasunak Cassation gorteak berrikitan hartu delibero bati buruz irakurketa eman nahi lioke, kalsula antispekulatiboak hunkitzen dituztelakoan.

 

2003-ko maiatzean, Senpereko herriko etxeak lur peza bat primo accedant motako bikote bati saldu zion, baldintza sozialetan. Salmenta kontratuak arrasalmenta 20 urtez debekatzeko klausula aurrikusten zuen, eta aderantzizko kasuan jatorrizko prezioan herriko etxeari berriz erosteko lehentasuna eman zion (eraikitze kostearen bilakaera kondutan hartuz). Baina bikoteak klausulen balio juridikoa zalantzan jarri zuen, erosi ontasunarekin nahi bezala spekulatzeko, tamalez Iparraldean ardura gertatzen den bezala.

 

Joan den irailaren 23an eman deliberoaren bidez, Cassation gorteko 3. Auzitegi zibilak plenta-egileak baztertu ditu, horrelako justifikazioa emanez: « les époux [X] avaient bénéficié en contrepartie de l’acceptation de celle-ci [la clause litigieuse] de la possibilité d’accéder à un marché protégé de la spéculation immobilière ». Baina batez ere, ABk azpimarratzen du deliberoak ondoko arrazoin hau zehazten duela: « le pacte de préférence librement convenu, fixant d’ores et déjà un prix, institué pour une durée de vingt ans, destiné, dans un contexte marqué par la rareté de I'offre et le décrochage des possibilités financières de la plupart des ménages par rapport à l’envo|ée des prix de l’immobiIier, à priver l’acquéreur retenu pour favoriser son acquisition, de la possibilité de spéculer sur un bien, n'a pas de cause illicite ».

 

ABrentzat, azken 10 urteotan klausula horien erabilpenaren inguruan kanpaina eramaten duelarik, delibero horrek jurisprudentzia ohargarria osatzen du eta hemengo auzapezak beren erantzunkizunen aintzinean uzten ditu. Maiz 20 edo 30 urteko klausulak ukatzen zituzten auzi beldurraren aitzakiaz baliatuz. Orain, lasai daitezela! Frogatua da klausula horiek baliagarriak direla eta bereziki tokiko merkatuko testuinguruaren ezaugarriek justifikatuak direla. ABk azpimarratzen du ere berezko merkatuaren aitzakia hori berritasun bat dela, eta gaur egun arinki baztertuak diren beste hainbat neurriri bidea idekitzen ahal diela, besteak beste bigarren egoitzen kontrako zerga berriei.

 

ABk afera horretan Senpereko auzapezaren kemena txalotzen du, eta beste auzapezak deitzen ditu borondate beraren erakustera.

 

***********************************************

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE : AU SUJET DES CLAUSES ANTISPÉCULATIVES

 

Abertzaleen Batasuna (AB) souhaite donner sa lecture d’un récent arrêt de la Cour de cassation statuant sur la légalité de clauses antispéculatives de longue durée.

 

En mai 2003, la commune de Saint-Pée-sur-Nivelle avait vendu une parcelle de terrain en accession sociale à la propriété à un couple censé être primo accédant. L’acte de vente était assorti de clauses antispéculatives prévoyant l’impossibilité de revente du bien dans un délai de 20 ans, sauf droit de préférence à la commune au prix d’origine (indexé sur l’évolution du coût de la construction). Or le couple a contesté la validité de la clause afin de pouvoir en toute liberté spéculer sur son bien, pratique malheureusement courante en Pays Basque.

 

Par arrêt rendu en Audience publique le 23 septembre dernier, la troisième Chambre civile de la Cour de cassation a débouté les plaignants eu égard en particulier au fait que « les époux [X] avaient bénéficié en contrepartie de l’acceptation de celle-ci [la clause litigieuse] de la possibilité d’accéder à un marché protégé de la spéculation immobilière ». Mais surtout, AB souligne le fait que l’arrêt considère que « le pacte de préférence librement convenu, fixant d’ores et déjà un prix, institué pour une durée de vingt ans, destiné, dans un contexte marqué par la rareté de I'offre et le décrochage des possibilités financières de la plupart des ménages par rapport à l’envo|ée des prix de l’immobiIier, à priver l’acquéreur retenu pour favoriser son acquisition, de la possibilité de spéculer sur un bien, n'a pas de cause illicite ».

 

Pour AB, qui fait campagne depuis près de 10 ans en faveur de l’usage de ces clauses antispéculatives, cet arrêt fait jurisprudence remarquable et interdit désormais aux maires de fuir devant leurs responsabilités. Trop souvent ces derniers répondent défavorablement à la proposition de clauses de 20 ou 30 ans en invoquant le risque contentieux. Maintenant, qu’ils soient rassurés ! Il est établi que non seulement ces clauses sont valides, mais qu’en outre elles sont justifiées par le contexte de marché tendu local. AB souligne aussi le fait que cette dernière justification de marché spécifiquement tendu est une première, et peut probablement ouvrir la voie à l’autorisation d’autres mesures actuellement écartées sans véritable débat, telles que la surfiscalisation des résidences secondaires.

 

AB tient à applaudir des deux mains le courage de la maire de Saint-Pée dans cette affaire, et espère que les maires du Pays Basque lui emboîteront maintenant le pas.

Publié dans Etxebizitza-Immobilier

Commenter cet article