JPB - Le gouvernement socialiste vivement critiqué après l’arrestation d’Urrugne

Publié le par Abertzaleen Batasuna

Le gouvernement socialiste vivement critiqué après l’arrestation d’Urrugne

p004_01_52439.jpg

29/08/2012

Antton ROUGET

Le Mouvement pour une résolution intégrale du conflit au Pays Basque et le parti Batasuna ne cachent pas leur colère après l’arrestation lundi, à Urrugne, d’Arturo Villanueva.

Dans deux communiqués distincts, le collectif – regroupant une dizaine de partis politiques, de syndicats ou de mouvements sociaux* – et le parti abertzale ont en effet “fermement dénoncé” l’interpellation, dans le cadre d’un mandat européen émis par l’Audience nationale, de l’ancien militant de l’organisation Segi.

Expliquant “que la cour de Belfast a refusé d'appliquer ce même mandat d'arrêt européen”, c’est le Mouvement pour une résolution intégrale du conflit au Pays Basque qui a le premier condamné “l’arrestation du réfugié politique”. “La seule réponse des deux Etats demeure la répression par le biais des législations d’exception”, s’est indigné le collectif qui a appelé la société civile à participer “à la mise en place d’un processus démocratique pour une résolution politique du conflit”. Concentrant ses critiques sur l’attitude de Paris, Batasuna a, lui, “vivement dénoncé la politique du gouvernement français qui consiste à collaborer avec le gouvernement espagnol pour lui permettre de poursuivre des militants politiques” tout en déclarant que “l’Etat français ne peut pas continuer à ignorer le processus en cours”.

Pas de MAE, pas de libération

Une quarantaine de personnes lundi, 60 hier : pour dénoncer l’arrestation d’Arturo Villanueva, deux rassemblements ont été organisés à Urrugne. Réclamée par la défense, la remise en liberté a été refusée hier par le tribunal de Pau qui, n’ayant pas reçu les documents de l’Audience nationale, a reporté l’examen du mandat d’arrêt européen au mardi 4 septembre.

*Membres du Mouvement :

CFDT Santé Sociaux Pays Basque, Solidaires, LAB, NPA, Batasuna, Abertzaleen Batasuna, CDDHPB, Anai Artea, LDH Bayonne, Cimade, Herrira et Etxerat.

 

Cinquième interpellation depuis l’élection de François Hollande

Xabier Aranburu Sagarminaga et Oroitz Gurrutxaga Gogorza le dimanche 27 mai à Cauna (Landes), Juan María Múgica le mercredi 4 juillet à Barcus, Iñaki Imaz Munduate le lundi 6 août à Hendaye et Arturo Villanueva le lundi 27 août à Urrugne : depuis l’élection de François Hollande à la présidence de la République, le nombre d’arrestations de membres présumés d’ETA dans l’Hexagone s’élève à cinq.

“Le gouvernement Hollande gère la question basque avec l’ancien manuel qui a pour objectif de continuer par la seule voie répressive, vouée à l’échec”, s’était indigné le 28 mai dernier le parti Batasuna en réclamant au nouveau président “de se saisir de la question basque de manière positive”.

www.lejpb.com

Commenter cet article