JPB - Bake Bidea entreprend le chemin de la paix et ancre le débat dans la société civile du Nord

Publié le par Abertzaleen Batasuna

Bake Bidea entreprend le chemin de la paix et ancre le débat dans la société civile du Nord

11/10/2012

Goizeder TABERNA

Une large représentation de la société civile du Pays Basque Nord a pris le chemin de la paix. Le nouveau mouvement civil en faveur du processus de paix, Bake Bidea (le chemin de la paix), vient consolider la voie entreprise par les participants de la conférence d’Aiete.

Le mouvement présenté hier à Bayonne souhaite renforcer la “feuille de route” établie à Aiete et interpeller directement l’Etat français. Célébrée à Donostia il y a un an, le 17 octobre 2011, la conférence internationale avait été le lieu de rencontre entre de nombreux experts internationaux en matière de résolution de conflit et des acteurs sociaux et politiques basques.

Hier, les membres de Bake Bidea ont affirmé que “la résolution du conflit appartient à toute la société civile et qu’une paix durable et juste dépend de la participation de tous”. Dès lors, le mouvement s’est engagé à rencontrer les divers représentants de la société civile du territoire et à initier le débat au sein de la population (voir encadré).

Depuis le lancement en 2010 de cette dynamique qui s’est renforcée au fils d’événements politiques majeurs, telles que le mandat d’arrêt européen et la conférence d’Aiete, “le groupe s’est progressivement élargi”. Lors de la présentation, Christian Desprez, président de la Ligue des droits de l’homme Pays Basque, et Erregina Dolosor, au nom de la CFDT Santé sociaux, ont pris la parole. Ils étaient accompagnés de Peio Dufau, au nom de la CGT Cheminots, et de Laurence Hardouin, de la Cimade, et d’une vingtaine de personnes représentant différents secteurs de la société.

Appel pour le 10 novembre

Ils regrettent que “seule l’organisation ETA a[it] affirmé sa disposition au dialogue”. Et d’insister : “Les Etats n’ont à ce jour montré aucune disposition à l’ouverture d’un processus de paix en Pays Basque.” Ils attendent de la part de l’Etat français qu’il s’engage dans la voie du rapprochement des prisonniers, la libération de ceux qui sont malades et ceux qui remplissent les conditions pour recouvrer la liberté. “C’est le minimum” qu’il pourrait faire, a précisé Laurence Hardouin. En attendant, le mouvement civil appelle à manifester le 10 novembre dans les rues de Bayonne “en faveur des prisonniers et réfugiés politiques”. “Un rendez-vous majeur” pour Bake Bidea.

Dans le but d’amener les deux Etats concernés à s’engager et à ancrer le processus dans la société, les membres de Bake Bidea considèrent qu’il est “important que les représentants politiques, les acteurs sociaux et la société civile, créent des espaces de discussion autour des clés du processus de paix”.

Bake Bidea souhaite se pencher sur des questions comme “Quels seraient les obstacles à la mise en place d’un processus ? Comment dépasser les conséquences du conflit ? Quels seraient les éléments facilitant ou freinant la réconciliation ?”. Des points soulevés par les experts internationaux lors de la conférence d’Aiete.

 

Les experts internationaux à Bayonne

La première initiative de Bake Bidea sera un forum de grande envergure. Des experts internationaux dans la résolution de conflits présents à la conférence d’Aiete participeront à un forum co-organisé avec l’université de Bayonne, en partenariat avec Lokarri. Cette initiative aura lieu dans la capitale labourdine le 15 décembre prochain.

Ce forum “offrira l’occasion de faire un point, avec des experts internationaux, sur la déclaration d’Aiete, sur la démarche entamée par le mouvement et d’ouvrir sa réflexion à l’ensemble de la population et des acteurs sociopolitiques du Pays Basque Nord”, ont expliqué les représentants de l’initiative. Des précisions supplémentaires seront apportées dans les semaines à venir.

Après le forum, Bake Bidea et l’université de Bayonne maintiendront les portes ouvertes pour un cycle de “débats permanents” destiné à tout le monde.

Pour l’organisation de tous ces débats, les initiateurs de la dynamique lancent un appel : “Nous avons besoin d’un soutien financier pour cette initiative audacieuse et essentielle à une paix juste et durable au Pays Basque.”

www.lejpb.com

Publié dans Berriak - Infos

Commenter cet article