Eitb.com - Saint-Juste-Ibarre : les gendarmes évacuent le collège Saint-Michel

Publié le par Abertzaleen Batasuna

Saint-Juste-Ibarre : les gendarmes évacuent le collège Saint-Michel

RÉDACTION

06/09/2012 15:59:00

Les gendarmes ont débarqué ce jeudi matin à Saint-Juste-Ibarre pour procéder à l'évacuation de l'ancienne école privée Saint-Michel, occupée par des membres de l'association Bethi Aintzina.

  • L'ancien collège Saint Michel à Saint-Juste-Ibarre (Basse-Navarre).

Les gendarmes ont débarqué ce jeudi matin à Saint-Juste-Ibarre (Donaixti), en Basse Navarre, pour procéder à l'évacuation de l'ancienne école privée Saint-Michel (galerie de photos de l'évacuation).

Depuis le 21 juillet, des membres de l'association Bethi Aintzina occupaient l'ancienne école, laissée à l'abandon depuis 3 ans, pour la transformer en habitat collectif et à y installer une salle culturelle autogérée.

Dès le 2 août, le maire de la commune de Saint Just Ibarre avait pris un arrêté interdisant l'accueil du public dans les bâtiments de l'ancienne école, alors quela congrégation religieuse "Les Filles de la Croix", propriétaire de l'immeuble, avait engagé de son côté une procédure d'expulsion en référé.

Le Tribunal de Grande Instance de Bayonne avait décidé le mardi 21 août que les jeunes devaient quitter les lieux sous 72 heures. Les occupants s'y sont refusés et ont cherché àrenouer le dialogue avec les soeurs propriétaires de l'immeuble, mais en vain.

La congrégation religieuse a effectué le 27 août dernier, par l'intermédiaire d'un huissier, une demande de concours de la force publique auprès de la Sous-préfecture de Bayonne en vue de l'expulsion des occupants.

Ce jeudi matin, le préfet a donné l'ordre d'executer la décision de justice. Après l'évacuation, un pique-nique s'est déroulé devant la maison du maire pour dénoncer l'évacuation. Une manifestation aura lieu ce samedi 8 septembre à 15h00 (à partir du collège). 

Au Pays Basque, la pénurie de logement et l'inadaptation de l'offre pour des jeunes n'ayant pas ou peu de ressources est un gros problème. Pourtant, le nombre de maisons vides et de logements vacants atteindrait le chiffre de 35.864, selon le collectif contre la spéculation immobilière.

www.eitb.com

Publié dans Berriak - Infos

Commenter cet article