Abertzaleen Batasunaren agiria - Tunisia

Publié le par Abertzaleen Batasuna

 

AB.gif

 

2011/01/21

 

Mohamed Bouazzik, 26 urte, diplomatu berria, Sidi Bouzid-eko espaloietan baratzekari eta fruitu saltzaile, herri oso baten sinbolo bat bilakatu da 2010eko abenduaren 17an errepresioaren kontra bere buruari su emanez.

Mohamed Bouazziren etsimendua Tunisiar gazteria osoarena da, eskoladuna bainan lanik gabekoa.

Polizia tiro egin du, hiltzeko eta berriz hiltzeko. Frantses gobernua, beste aldi batez, ez da egoerari aurre egiteko gai salbu Ben Ali lehendakari autokrata lagunari, 23 urtez oposizio legalik gabe egon dena, laguntza bat proposatzeko.

Hala nola, Michèle-Alliot-Marie ministroak, urtarilaren 12an, Asanblada Nazionalean proposatu du tunisiar poliziari « frantses jakitatea seguritateko egoerak konpontzeko » ?!

Michèle-Alliot-Marie anderea ez da beldur historikoki frantses poliziaren « jakitatearen » biktimak izan diren populuen oroitzapenak esnatzea.

Esku-sartze adiskidetsu hori lotsagarria da, sustut sozial mugimendu bakezale baten aurka eta mediterraneoaren inguruan diren herrialdeeri zabalduz.

AB-ek ezin du egoera hunkibera hori ukatu eta biktimen familien minari bere elkartasun osoa ekarri nahi die.

AB-ek nahi luke askatasun gogo hori pertsonen errespetua eta beren eskubideen errespetua duen estado demokartiko bat lortu dezan.

AB-ek bere sostengu osoa ekarri nahi du borrokan diren populuek sortzen dituzten askatasun eta burujabetze mugimendu guzieri.

 

*************

 

21/01/2011

 

Mohamed Bouazzi, 26 ans, jeune diplômé, vendeur de fruits et légumes sur le trottoir à Sidi Bouzid est devenu un symbole de tout un pays en s’immolant contre la répression permanente de la police gouvernementale en ce 17 décembre 2010. 
Le désespoir de Mohamed Bouazzi c'est celui de milliers de jeunes Tunisiens, instruits mais sans emploi.
La police a tiré, tirs tendus, pour tuer, tuer encore.
Le gouvernement français, une nouvelle fois, n’est pas à la hauteur.
Sauf à proposer une aide à l’ami Ben Ali, président autocrate, sans opposition légale depuis 23 ans.
Ainsi Mme Michèle Alliot-Marie, en ce mardi 12 janvier, ne propose-t-elle pas à l'Assemblée nationale, le "savoir-faire français" à la police tunisienne pour "régler les situations sécuritaires" ?!
Mme Michèle Alliot-Marie n'a apparemment pas peur de réveiller des souvenirs des peuples, historiquement victimes du « savoir-faire » policier de la France.

Cette ingérence « amicale » est une honte, face à un mouvement social pacifiste, lequel s’étendra tôt ou tard aux autres pays du pourtour méditerranéen.
AB ne peut rester sourd et aveugle en pareilles circonstances et s’associe à la douleur des familles des victimes de cette répression.

AB souhaite que l’espace de liberté actuel débouche vers l’instauration d’un état démocratique respectueux des personnes et de leurs droits.
AB exprime également sa solidarité envers tous les mouvements d’émancipation exprimés par les peuples en lutte.

Publié dans Abertzaleen Batasuna

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article