AB et ARALAR aux élections européennes

Publié le par Abertzaleen Batasuna

 

Le mouvement politique du Pays Basque Nord ABERTZALEEN BATASUNA a décidé, à l'occasion des élections européennes, de participer auprès du parti ARALAR, à la coalition Europe des Peuples - Verts, Indépendentistes et de Gauche.

 

Les raisons de cette participation sont à notre avis bien fondées. D'une part, devant l'enjeu particulier que représentent les élections européennes pour le Pays Basque, nous avons une responsabilité politique en temps qu'abertzale de gauche et d'autre part conformément aux interventions habituelles, choix politiques et stratégiques d'Abertzaleen Batasuna.

 

Même si ces élections n'ont lieu qu'une fois tous les cinq ans, il convient de souligner que les Basques des sept provinces avons le droit et la possibilité de voter le même jour pour le même parlement. Jusquà présent du moins, il s'agit de la seule élection où, en dépassant le morcellement juridique et politique des trois communautés actuelles, nous pouvons démontrer ensemble notre citoyenneté. C'est pour cela qu'il est en effet important que les abertzale de sensibilité politique similaire présentent leur programme et propositions au Pays Basque entier, de part et d'autre de la frontière.

Car au bout du compte, même si son activité politique se situe principalement en Pays Basque Nord, en fait le point de vue d'AB est national, c'est-à-dire qui concerne les sept Provinces. Ainsi donc, dans la construction d'une gauche abertzale politique et civile, le travail que nous menons conjointement avec Aralar n'est pas seulement important mais aussi indispensable.

 

Si l'on considère la grande taille de la circonscription Sud Ouest, le choix effectué par AB au Pays Basque Nord de soutenir et de participer à la coalition Europe Ecologie dont Jose Bove est tête de liste, va complètement dans le même sens que ce qui a été établi en Pays Basque Sud.

 

Nous devons rappeler que la coalition Europe des Peuples - Verts est composée par Aralar et les forces nationalistes et régionalistes suivantes: ERC de Catalogne, BNG de Galice, Chunta Aragonesista d'Aragon, ENTESA Per Mallorca de Majorque, les Verts espagnols et aussi Eusko Alkartasuna du Pays Basque.

 

(((De même, la coalition Europe Ecologie regroupe, en plus des écologistes français et des altermondialistes, nous avons aussi comme partenaires les porte-paroles de plusieurs nations sans état, entre autres: le parti UDB de Bretagne, ERC de Catalogne, le Parti Occitan d'Occitanie et le Parti d'une Nation Corse. Sans oublier bien sûr le soutien apporté à la coalition Eusko Alkartasuna.)))

 

Ainsi donc, la voix de la représentation politique des abertzale de gauche du Pays Basque sera portée au Parlement de Strasbourg. Et ce ne sera pas un petit acquis, car le mépris et la soumission que font subir les états français et espagnol à notre Pays sont impressionnants. Oui sans aucun doute, parmi les peuples les plus anciens d'Europe, Euskal Herria devrait avoir un echo dans toutes les institutions d'Europe concernant sa situation difficile, les luttes qu'il mène et les revendications qu'il veut porter.

 

Voici les revendications et les axes de travail que nous souhaiterions pour le Pays Basque analyser, évaluer en terme de responsabilité et finalement porter aux institutions européennes:

 

- la reconnaissance dûe de Euskal Herria en tant que peuple, en tant que nation. En effet, pour que son avenir soit aussi assuré en Europe, il est nécessaire d'accepter l'existence et la territorialité de notre pays et par là même, d'accorder au Pays Basque le droit fondamental de décider de son propre avenir. Dans la même perspective, il convient de rappeler que la reconnaissance du Pays Basque Nord est encore et sans cesse bafouée. Nous vivons dans un pays qui n'a aucune existence. Assez de mépris!

Une institution spécifique pour le Pays Basque Nord dotée de compétences suffisantes est vraiment indispensable afin de gérer au plus près les problèmes et les besoins rencontrés par la population.

 

- la langue basque ou Euskara, la plus ancienne des langues en Europe, nécessite son officialisation au niveau du Pays Basque entier. Et en particulier en Pays Basque Nord où, malgré quelques efforts entrepris par les pouvoirs publics pour le soutien de notre langue, l'Euskara, sans protection légale, est en voie irrémédiable de disparition. De plus, nous devons à nouveau rappeler que l'Etat français n'a pas signé la carte européenne des langues régionales et minorisées, soit disant qu'elle va à l'encontre de l'article 2 de la constitution, en fait celui qui stipule que la seule langue de la République est la langue française. Jusqu'à quand laisseront-ils l'Euskara sans reconnaissance?

 

- d'autre part, les états qui composent l'union européenne, comme dans d'autres territoires du monde, sont immergés dans une crise economique, sociale et écologique sans précédent. En effet, l'avenir de l'Union Européenne se trouve dans un croisement de chemins: soit elle continue dans une logique de libéralisme économique en augmentant encore davantage les inégalités et injustices sociales, soit elle se reconstruit sur des valeurs de démocratie, d'humanisme et de solidarité.

Dès maintenant, face à une crise économique qui n'a pas été créée par les travailleurs mais qui pourtant la subissent de plein fouet, il faudrait prendre des mesures solides au sein de l'Union Européenne et éviter que chaque état mette en place de façon isolée des plans de relance économique .

En Ipar Euskal Herria aussi, plusieurs usines se trouvent en difficulté. Des secteurs entiers de production vont se retrouver dans l'impasse si les entreprises ne mettent pas un frein aux délocalisations.

Par conséquent, les entreprises européennes qui malgré la crise, ne se trouvent pas dans une situation critique et qui même au contraire, réalisent des bénéfices, doivent être interdites de licenciement.

Par ailleurs, il est indispensable d'augmenter le salaire minimum pour ainsi accroître le pouvoir d'achat des plus démunis.

Le démantèlement du service public est en contradiction avec une politique de relance économique efficace et tôt ou tard, le système financier devra passer aux mains du contrôle public.

 

 

- un autre point qui est perçu avec inquiétude par la population d'Euskal Herria concerne l'avenir de la politique agricole. Dans ce domaine également, deux logiques s'affrontent: d'une part, une agriculture industrielle et intensive, impulsée par la Politique Agricole Commune (PAC) qui se soucie uniquement des grands profits et qui va même jusqu'à utiliser des OGM sans se préoccuper des répercussions sur la santé des citoyens. D'autre part, une agriculture paysanne et durable, respectueuse de l'environnement et du bien-être des gens.

Nous avons besoin d'une politique publique pour sauvegarder les emplois agricoles actuels et pour en créer encore d'autres, maintenant par là même les petites exploitations, sans les condamner à disparaître. C'est pour cela que Laborantxa Ganbara d'Ainhice Monjelos est indispensable et que nous la défendrons en Europe.

 

- Notre terre-mère est en train de subir une crise écologique terrible. Les conséquences de ce système économique prédateur et insatiable provoquent des blessures et des maladies difficilement curables sur toute la surface de la planète. Les dispositions prises par l'Union Européenne en faveur d'un développement propre et des énergies renouvelables s'avèrent encore largement insuffisantes. Il est indispensable donc, de mettre en place de nouvelles orientations économiques et énergétiques respectueuses de l'environnement. De même, il est difficile de comprendre pourquoi on veut imposer coûte que coûte des projets gigantesques comme celui de la Ligne à Grande Vitesse au Pays Basque; en effet ce projet, en plus de son budget colossal, va créer des blessures irréversibles sur notre territoire montagneux. Nous sommes pour l'amélioration du réseau ferroviaire actuel et pour le déploiement du transport des marchandises et des personnes conçu à partir d'une vision sociale et écologique.

 

 

- enfin, nous pensons qu'il est temps de faire un pas en avant vers la paix et de tenter de dépasser le conflit politique permanent que nous connaissons au Pays Basque. Pour cela, des initiatives et des gestes humanitaires tels le rapprochement des prisonniers politiques basques peuvent aller dans ce sens.

 

Ce sont donc les projets et revendications que les forces de gauche indépendentistes du Pays Basque porteront avec enthousiasme et conviction au Parlement Européen!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Commenter cet article