Réforme des institutions : le Pays Basque n’est toujours ni entendu ni reconnu

Publié le par Abertzaleen Batasuna

Réforme des institutions : le Pays Basque n’est toujours ni entendu ni reconnu !

 

 

Abertzaleen Batasuna fait part de ses réserves suite aux déclarations des présidents du Conseil des Elus et du Conseil de développement du Pays basque après leur rencontre avec la commission Balladur.

 

Toutes les démarches entreprises ici depuis 15 ans (Pays Basque 2010, Lurraldea, Pays Basque 2020…) ou les structures associatives créées (Conseil de développement, Conseil des Elus, OPLB….) n’ont rien à voir avec une véritable architecture institutionnelle pour le Pays basque. Elles sont le résultat d’une part, du volontarisme d’acteurs locaux préoccupés par l’avenir de ce territoire (certains élus et société civile) et d’autre part d’une tentative des représentants de l’Etat de neutraliser justement toute revendication de reconnaissance institutionnelle. Le « Pays » Pays basque quant à lui n’est qu’un leurre.

 

Alors que se prépare une réforme importante des collectivités territoriales, agiter la menace d’une remise en cause de ces expériences spécifiques au Pays basque est une manœuvre de diversion totalement hors sujet. Celle-là même qui cherche à persuader les habitants du Pays Basque qu’il y aurait ici une forme de « gouvernance » supérieure et plus efficace qu’ailleurs, que le Pays Basque serait davantage reconnu sans institution qu’il ne le serait avec une institution !

 

Par le passé le Conseil de développement s’était prononcé en assemblée générale pour un département Pays basque et pour une Chambre d’agriculture. Lors du débat sur la décentralisation en 2002 le conseil des Elus avait voté à l’unanimité une motion demandant que le Pays basque soit « connu et reconnu » ! En quoi ces demandes à maintes reprises largement soutenues par la population ont-elles avancé ? A l’heure d’une réforme institutionnelle présentée comme importante,  ne s’agit-il pas des seules et vraies questions à mettre sur la table ?

 

Dire que le Pays Basque a été écouté et entendu relève pour AB de la mystification. L’histoire se répète malheureusement. En 2002 lors de la réforme Raffarin et des Assises de la décentralisation, les questions concernant le Pays basque étaient déjà restées sans réponse.

 

Abertzaleen Batasuna réitère ses propos tenus à la veille de la signature du Contrat Territorial Pays Basque 2020 : « Il y a un gros problème de démocratie voire de schizophrénie politique dans ce pays ! D’un côté des démarches répétées de concertation sur l’avenir de ce pays et de l’autre un refus obstiné de prendre compte les demandes politiques exprimées…. »

 

AB réaffirme sa détermination à construire, avec tous ceux et celles qui ne se contentent pas de pis-aller et d’ersatz de solutions, un rapport de force pour avancer concrètement vers  une reconnaissance institutionnelle du Pays basque.




Instituzioen erreforma : Euskal Herria ez da oraino entzuna ez eta ezagutua

 

 

Abertzaleen Batasunak oharpen bat egin nahi du, Balladur batzordearekin bildu ondoren, Garapen Kontseilu eta Hautetsien Kontseiluko presidenteek egin deklarapenen ondotik.

 

Azken 15 urteetan Ipar Euskal Herrian burutu gogoetaldiek (Euskal Herria 2010, Lurraldea, Euskal Herria 2020...) edota sorturiko egiturek (Garapen kontseilua, Hautetsien kontseilua, EEP...) ez dute deus ikustekorik egiazko ezagupen instituzional batekin. Esperientzia berezi horiek bi faktoreren ondorio zuzenak dira : alde batetik lurralde honen geroaz axolatzen diren eragile sozio eta politiko batzuen nahikaria eta lana eta bestalde, hain zuzen, ezagupen instituzional oro saihesteko Estatuko ordezkarien jukutria. Bestalde, “Pays” egiturari doakionez, enganio bat baizik ez da. 

 

Lurralde elkargoen erreforma inportantea prestatzen ari den momentu honetan, Euskal Herrian eramandako esperientzia berezi horien kontrako mehatxuak soilik aipatzea arrunt lekuz kanpo da eta jendea nahasteko saiakera itxura du. Ez du Euskal Herriko jendeari sinetsarazteaz beste helbururik, baizik eta hemen badagoela, « gobernantza » molde bat beste nehon baino goragokoa eta ondoriotsuagoa dena eta beraz Euskal Herria hobeki ezagutua dela instituziorik gabe, instituzio batekin baino !

 

Duela zenbait urte Garapen Kontseiluko Biltzar Nagusia Euskal Herriko Departamendua eta Laborantza Ganbararen alde agertu zen. 2002ko deserdiratze eztabaidan, Hautetsien Kontseiluak, ia bere osotasunean, mozio bat bozkatu zuen, Euskal Herria « ezagutua eta aintzat hartua » izan zedin galdetzen zuena. Behin baino gehiagotan euskal herritarrek masiboki sustengatu dituzten aldarrikapen horiek zertan dira aintzinatu ? Ez ote dira horiek mahai gaineratu behar instituzioen erreforma aipatzen den momentuan ?

 

Euskal Herria entzuna eta ulertua izan dela erraitea mistifikazio hutsa da AB-rentzat. Maleruski historia errepikatzera doa. 2002an, Rafarrinen erreforma eta desentralizazio jardunaldien karietara, erantzunik gabe gelditu ziren jada Euskal Herriaz egindako galderak.

 

Abertzaleen Batasuna joan den ekainean, Lurralde Kontratuaren izenpetzea zela-eta erraiten zuena errepikatzera behartua sentitzen da : “ Herri honetan, demokrazia arazo handi bat, kasik eskizofrenia politiko bat bada ! Alde batetik, herri honen etorkizunaz urraspide hitzartu errepikatuak eta bestaldetik, adieraziak diren eskaera politikoak kontutan hartzeari eman ezezko tematua...”

 

ABk indar harreman eraikitzeko bere nahikaria baieztatzen du, sasi instituzio eta aterabide faltsuak arbuiatzen dituzten indar politiko eta jendarte sektore guztiekin, benetako ezagupen instituzionalera buruz urrats konkretuak emaiteko.


Commenter cet article